Réalisez votre aménagement maintenant
et ne payez qu’en avril 2020!

J'en profite!

En pénétrant au jardin, ce sont souvent les plantes vivaces que l’on remarque en premier. Un massif de sauges, d’hémérocalles, d’astilbes, d’échinacées ou de lavande offre un spectacle d’une beauté à couper le souffle. Une bordure colorée, composée d’asters, de petites campanules ou de myosotis attire toujours le regard.

Facteurs à considérer pour choisir ses fleurs

Le choix des vivaces à intégrer dans une plate-bande demande une certaine recherche. Il faut connaître :

  • le degré de luminosité de l’emplacement :
    • Plein soleil = plus de 6 h par jour de soleil
    • Mi-ombre = de 4 à 6 h par jour de soleil
    • Ombre = seulement 2 à 4 h par jour de soleil
  • les besoins en eau
  • les exigences en fertilisation
  • le type de sol : dans la majorité des cas, le type de sol peut être corrigé ou amendé pour mieux répondre aux besoins de la plante
  • le type de développement : hauteur, étalement, en talle solitaire, en massif, etc.

Technique pour planter les vivaces

Les vivaces en pots peuvent être plantées tout au long de la saison de jardinage, du dégel au gel, mais en évitant de le faire lors des jours de canicule et, de préférence, de mai à septembre. Si la plantation ne peut être faite immédiatement après l’achat, entreposez-les à l’ombre et à l’abri du vent et arrosez-les chaque jour.

Les plants de vivaces à racines nues doivent être plantés durant la période de dormance des végétaux, soit du début au milieu du printemps ou à l’automne.

  1. Choisissez une journée nuageuse et fraîche pour minimiser le stress occasionné par la plantation.
  2. Retournez le sol sur une profondeur d’environ 45 à 60 cm et amendez la terre.
  3. Arrachez les mauvaises herbes.
  4. Creusez un trou de la même profondeur que le pot. Le collet de la plante, là où la tige émerge du sol, doit se trouver exactement au même niveau qu’à l’intérieur de son contenant. Le trou doit être suffisamment grand pour contenir toute la motte de racines.
  5. Vérifiez le niveau du collet et tassez la terre avec vos mains jusqu’au fond du trou
  6. Incorporez un mélange d’amendements, comme du compost, de la mousse de tourbe ou du fumier, sur les 10 à 15 premiers centimètres du sol. Si le sol est argileux, incorporez un compost plus grossier (compost forestier) pour l’alléger et empêcher la compaction.
  7. Appliquez des biostimulants, comme des champignons mycorhiziens.
  8. Retirez la plante de son contenant en la tenant par le collet. Ne brisez pas la motte de racines. Au besoin, taillez les racines spirales denses pour éviter que la plante ne s’étouffe en se développant.
  9. Arrosez en profondeur.
  10. Vérifiez leur comportement après la plantation et n’hésitez pas à les déménager si elles ne sont pas au bon endroit.