Il y a de ces modes qui partent et qui reviennent et le potager n’y échappe pas. La culture des légumes revient en force et s’étend aux petits fruits, aux fines herbes et même aux fleurs comestibles. Mais avant de remplir votre brouette de sacs de compost, pelle, bêche, truelle et plantoir, une bonne dose de préparation et de planification assurera le succès de votre potager.

Choisir l’emplacement

Pour récolter de beaux et bons fruits et légumes frais, il importe de bien choisir l’emplacement de son jardin. Prenez un moment pour bien examiner votre terrain. Choisissez un endroit :

  • qui reçoit au moins 6 heures d’ensoleillement;
  • dégagé, mais protégé des vents dominants;
  • loin des racines et de l’ombre des grands arbres;
  • près d’une source d’eau (baril récupérateur d’eau et boyau d’arrosage).

Types de jardin

La grandeur de votre terrain, votre budget, le temps que vous pourrez consacrer à son entretien et l’emplacement idéal pour faire pousser des plantes potagères détermineront le ou les types de jardin à privilégier. Un jardin de 8 m2 devrait combler les besoins d’une famille de quatre personnes.

Jardin en pleine terre 

Le jardin en pleine terre consiste à planter les végétaux directement dans le sol.

Pour réaliser un jardin en pleine terre, attendre que l’eau de fonte de la neige soit absorbée et:

  1. Enlever la couche de gazon.
  2. Retourner la terre sur une profondeur d’environ 20 cm pour l’aérer et l’ameublir.
  3. Enlever les pierres, racines et herbes.
  4. Vérifier la composition du sol et ajouter les amendements nécessaires.

Ses avantages :

  • Économique - il n’y a que les amendements, les graines et les plants à acheter.
  • Les racines, surtout les légumes racines, ont tout l’espace nécessaire pour se développer.
  • Le sol conserve son humidité plus longtemps, surtout s’il est recouvert de paillis ou d’une toile, donc ses besoins en eau sont moins grands.
  • Convient à tous les végétaux, même ceux à grand développement (courges, concombres, etc.)

Ses inconvénients :

  • Travail plus exigeant sur le plan physique (préparation du sol, entretien et récolte à genoux ou quatre pattes, etc.)
  • Demande plus d’entretien (biner et désherber toutes les semaines).
  • Il faut attendre le drainage et l’absorption de l’eau de fonte avant de travailler la terre au printemps.

Clôturer ou non

D’un point de vue esthétique et pratique, on peut choisir de délimiter son potager, mais ce n’est pas une nécessité… sauf pour empêcher les animaux, domestiques ou sauvages, de manger ou endommager nos plants.

Jardin surélevé

Dans le jardin surélevé, les végétaux poussent dans une structure construite directement sur le sol ou en hauteur (sur une base ou sur pied).

La structure idéale :

  • est faite de matériaux (bois, brique, béton, pierre, etc.) ne contenant aucun produit toxique;
  • a une profondeur minimale de 15 à 45 cm pour favoriser l’enracinement;
  • a une largeur maximale de 120 cm pour que le centre soit toujours accessible au moment de l’entretien et de la cueillette.

Ses avantages :

  • Entretien et récolte plus faciles (le jardinier travaille assis ou debout).
  • Moins de mauvaises herbes.
  • Fertilité et drainage du sol maximisés puisqu’on y met que le bon terreau.
  • Meilleure utilisation de l’espace par une plantation plus dense et l’absence d’allées entre les rangs.
  • Bonne solution au terrain accidenté.
  • Un sol surélevé se draine et s’assèche plus rapidement au printemps.

Ses inconvénients :

  • Besoins en eau plus grands, surtout en période de canicule, puisque le sol s’assèche plus vite.
  • Coût initial plus élevé puisqu’il faut inclure le prix des matériaux pour la construction de la structure.
  • Une plantation plus dense entraîne une incidence des maladies plus élevée.
  • Ne convient pas aux végétaux à grand développement (pois, citrouilles, etc.)

Jardin vertical

Le jardin vertical consiste à faire pousser des végétaux sur un support vertical. Il est idéal pour ceux qui ont un petit terrain, pour camoufler un coin peu attrayant ou pour créer un mur d’intimité original.

Types de jardin vertical

  • Végétaux plantés à même le sol grimpant sur un treillis de bois ou métallique. S’intègre bien au jardin en pleine terre pour les végétaux à grand développement : pois, courges, haricots grimpants, fraisiers, concombres, etc.
  • Végétaux plantés dans une structure murale contenant de la terre. Idéal pour : fines herbes, laitues, épinards, radis, ail, oignons verts, fraisiers, pensées, etc. Attention : les matériaux utilisés pour la structure ne doivent pas contenir de produits chimiques.
  • Végétaux plantés dans des contenants accrochés à une structure verticale.

Ses avantages :

  • Bonne solution au manque d’espace.
  • Entretien et récolte très faciles.
  • Pas de mauvaises herbes.
  • Fertilité et drainage du sol maximisés puisqu’on y met que le bon terreau.

Ses inconvénients :

  • Ne convient pas à tous les végétaux, selon le type de jardin vertical.
  • Arrosage plus fréquent et plus difficile, selon le type de jardin vertical.

Plantation en pot

Jardinière sur pied, accrochée à la rampe ou suspendue, tous les contenants sont propices à la cultures des légumes, petits fruits, fines herbes et fleurs comestibles pour autant qu’ils aient des trous de drainage. Avant de planter, nettoyer et désinfecter les contenants.

Ses avantages :

  • Idéal pour l’agriculteur urbain, la culture sur balcon.
  • Entretien et récolte très faciles.
  • Fertilité et drainage du sol maximisés puisqu’on y met que le bon terreau.

Ses inconvénients :

  • Convient seulement aux végétaux qui n’ont pas besoin d’une profondeur de terre trop importante.
  • Arrosage plus fréquent puisque le sol s’assèche plus vite.

Composition du sol

La qualité du sol sera en grande partie responsable de la qualité de la récolte. On veut un sol bien équilibré, bien drainé et riche en nutriments. Pour connaître la composition de votre sol, faites faire une analyse de sol à votre jardinerie BOTANIX. Cette analyse vous donnera les résultats suivants :

Type de sol

sablonneux = sol pauvre en matières organiques

argileux = sol lourd et compact

Influence le type de culture et les amendements nécessaires

L’ajout de compost et d’engrais ouvre les sols et leur apporte les éléments nécessaires.

Acidité/alcalinité

pH 4 = très acide

pH 8 = très alcalin

Ajouter de la chaux

Ajouter du soufre

Pour un potager, un pH de 6 à 6,5 serait idéal.

Phosphore (P)

 

Le phosphore est nécessaire pour le développement des racines, la croissance des plantes, la production et le mûrissement des fruits.

Les trois chiffres sur les contenants d’engrais font référence à l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K).

Potassium (K)

 

Le potassium rend les végétaux plus résistants aux insectes et aux maladies. Il joue un rôle dans la floraison et dans la saveur et la couleur des fruits.

Les trois chiffres sur les contenants d’engrais font référence à l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K).

 

Plantation 

Le moment tant attendu est enfin arrivé! Quand tout risque de gel sera passé, vous pourrez semer les graines directement au jardin ou repiquer de jeunes plants que vous aurez achetés ou que vous aurez partis à l’intérieur (semis) quelques mois plus tôt.

Planter des graines

Au moment de mettre les graines en terre, lire les informations sur l’enveloppe pour connaître :

  • les besoins d’ensoleillement
  • la profondeur requise
  • l’espacement à respecter entre les plants
  • le nombre de jours de maturation
  • la période de plantation

Échelonner la plantation de certains légumes à croissance rapide sur plusieurs semaines pour pouvoir en récolter durant toute la saison. Par exemple, semez 1/3 du rang de radis, attendez deux semaines, semez encore 1/3, attendez deux semaines et semez le dernier tiers du rang. Vous mangerez de bons radis, épinards, laitues, etc. frais tout l’été!

Repiquer des semis ou des jeunes plants

Si vous plantez de jeunes plants, acclimatez-les en les mettant dehors un peu plus longtemps tous les jours sur une période d’environ 10 jours. Choisissez une journée nuageuse pour les repiquer au jardin afin d’éviter que le dessèchement des racines.

  • Arroser les mottes de racines;
  • Creuser un trou deux fois plus large et une fois et demi plus profond que les racines afin de ne pas les déposer dans un espace trop étroit et les comprimer;
  • Insérer les racines;
  • Remplissez le trou;
  • Compléter par un bon arrosage.

Entretien et fertilisation

L’entretien d’un potager en pleine terre requiert un peu plus de travail que l’entretien des platebandes. Il consiste à désherber toutes les semaines, puis à biner et sarcler pour permettre à l’eau de bien s’infiltrer dans le sol. C’est l’occasion d’observer votre jardin. Noter les signes indiquant la présence d’insectes, de rongeurs ou de maladies. La vigilance permet bien souvent d’arrêter un problème avant qu’il devienne incontrôlable.

Pour diminuer les travaux de désherbage et conserver l’humidité du sol, étendre du paillis ou de la paille ou installer une toile de plastique ou géotextile entre les rangs et autour des plans.

L’arrosage s’effectue de préférence tôt le matin. Arroser entre 10 h et 16 h, quand le soleil est à son plus fort, peut causer des brûlures aux plantes en plus d’entraîner un gaspillage d’eau puisqu’une partie s’évapore. Si l’on arrose en fin de soirée, les feuilles des plantes restent humides plus longtemps les rendant plus vulnérables aux maladies fongiques. Privilégiez un arrosage abondant, mais moins fréquent, pour aider les racines à bien se développer et pour rendre les plantes plus autonomes et plus résistantes à la sécheresse.

Pour maintenir un bon rendement et éviter les problèmes de carence, fertiliser deux à trois fois durant l’été. À plus long terme, il faudra planifier une rotation des cultures. Cette méthode consiste à ne pas planter les mêmes légumes aux mêmes endroits plus de deux années consécutives. Comme les légumes ont des besoins nutritifs différents, cette méthode permet d’éviter l’épuisement du sol en nutriments.

Quoi planter?

La plupart des légumes, petits fruits, fines herbes et fleurs comestibles ont besoin de beaucoup de soleil pour développer toutes leurs saveurs et leurs belles couleurs. Ils sont donc tous bienvenus dans le potager.

Pour débutants :

  • Radis, carottes
  • Courgettes, concombres
  • Haricots
  • Pois
  • Échalotes, oignons, ail
  • Tomates
  • Laitues, épinards
  • Basilic, ciboulette, persil, coriandre, aneth, origan, thym
  • Fraises, framboises, bleuets, mûres

En pot :

Petits pots Laitues, épinards, kale, presque toutes les fines herbes
Pot large
30 cm de profondeur minimum et tuteurs
Tomates, aubergines, poivrons, concombres
Très grand pot, très profond Carottes, radis, betteraves, pommes de terre

Les rapides :

  • Cresson, laitues, épinards, roquette
  • Kale, bette à carde, choux frisés
  • Haricots nains
  • Navets
  • Oignons blancs (bulbes)
  • Pois
  • Radis

Les lents :

  • Ail
  • Aubergines, poivrons, tomates
  • Betteraves, carottes
  • Pommes de terre
  • Choux (tous)
  • Concombres, courges, courgettes
  • Melons, citrouilles, potirons
  • Échalotes, oignons, poireaux
  • Fenouil
  • Haricots
  • Maïs
  • Céleris

Ce qui pousse à l’ombre :

  • Roquette, laitues, épinards
  • Brocoli
  • Pois
  • Choux de Bruxelles
  • Choux frisés
  • Betteraves
  • Bettes
  • Radis
  • Poireaux

Fleurs comestibles :

Les fleurs ne sont pas toutes comestibles, certaines étant même très toxiques, assurez-vous de leur comestibilité et dans le doute, mieux vaut s’abstenir. Celles-ci sauront charmer vos pupilles et vos papilles :

  • Capucine
  • Glaïeul
  • Hémérocalle
  • Impatiente
  • Marguerite
  • Pensée
  • Phlox paniculé
  • Souci
  • Sureau
  • Tulipe
  • Violette

Le compagnonnage

Dans le but de créer une biodiversité bénéfique au potager, il est recommandé d’intégrer des plantes aromatiques et des fleurs, et de les placer judicieusement auprès des plants de légumes et de fruits de façon à ce que chacun puisse attirer les insectes utiles à son voisin.

C’est ce qu’on appelle le compagnonnage. Cette méthode n’est pas infaillible, mais elle donne d’excellents résultats. Certaines plantes agissent comme des répulsifs naturels, d’autres attirent les insectes utiles au jardin. D’autres encore, comme la très sucrée capucine, attirent les pucerons qui, trop occupés à les déguster ne s’attaqueront pas aux légumes.

Informez-vous sur les bons et les mauvais compagnons de vos légumes préférés. Vous apprendrez, entre autres, que les tomates et les patates ne font pas bon ménage, mais que les carottes s’accommodent très bien avec les radis, les tomates, la coriandre et la ciboulette!

Partager
Derniers articles