Lorsque le jardin s’endort à l’automne, il ne reste plus au jardinier qu’à veiller sur son sommeil tout en planifiant la prochaine saison. Au cours de l’hiver, le jardin est à la merci des éléments et certaines plantes plus fragiles demandent à être protégées. C'’est le cas entre autre pour les végétaux qui sont à la limite de leur zone de rusticité de même que pour les plantes établies dans l’année. Le risque de gel pour les végétaux peut aussi s’aggraver sur un terrain dont le sol est mal drainé et dans les jardins exposés aux vents dominants.

Pourquoi protéger les végétaux?

  • Puisque l’eau n’est plus disponible dans le sol gelé, les vents hivernaux peuvent dessécher les arbustes à feuillages persistants et les conifères.
  • Un réchauffement momentané suivi d’un refroidissement peuvent causer le gel des bourgeons des plantes les plus fragiles.
  • L’écorce des jeunes arbres exposés au soleil peut se réchauffer rapidement et éclater lorsque la température chute en soirée.
  • Les sels de déglaçage risquent de brûler le feuillage des végétaux situés près des voies de circulation.
  • Le poids de la neige et de la glace peut déformer le port des végétaux, particulièrement celui des conifères érigés ou colonnaires.

Une protection naturelle

Une des meilleures protections contre le froid et les écarts soudains de température est une épaisse couche de neige. La neige non tassée est relativement légère et elle entoure les végétaux en préservant leur forme. Les régions qui bénéficient d’une bonne couverture de neige ont la chance de pouvoir cultiver un plus grand nombre d’espèces.

Vous pouvez favoriser l’accumulation de neige en gardant les tiges et le feuillage des vivaces jusqu’au printemps. Un truc encore plus efficace consiste à recouvrir les plantations plus fragiles de branches de conifères. Les branches et les aiguilles retiennent la neige en plus d’être esthétiques.

La neige pelletée, ou celle qui est rejetée par la souffleuse, est trop lourde et dense pour être utilisée. Son poids risque d’abîmer les végétaux.

Des travaux de protection bien pensés doivent débuter près du sol. Sous la surface se trouvent souvent le cœur de la plante et les réserves accumulées pour la croissance du printemps. Protégez les racines des écarts de température trop sévères en appliquant 10 à 15 cm de paillis chaque automne. Les feuilles mortes dont on ne sait que faire à l’automne, peuvent faire un excellent paillis supplémentaire. Pour éviter qu’elles ne forment une croûte, déchiquetez-les en passant la tondeuse sur le tas de feuilles.

Certaines plantes plus fragiles comme les rosiers hybrides et les vignes à raisins seront buttées, c'est-à-dire que le pied du plant sera enterré de terreau ou de compost. Le compost forestier Botanix est idéal pour cet usage.

Les matériaux de protection

Lorsque le poids de la neige ou de la glace risque d’être un problème, des cordes ou des filets de nylon peuvent protéger de façon quasi invisible le port des conifères. Les branches des arbustes les plus fragiles peuvent être attachées ensemble de la même façon.

Pour protéger les végétaux du vent ou du sel de déglaçage, une protection plus robuste est requise. On privilégie alors les clôtures à neige. Solides et aérées, elles peuvent entourer le pied des grands conifères ou former des abris qui recouvriront complètement les conifères globulaires et les petits arbustes. On peut les couvrir de jute ou de géotextile. Il existe maintenant des géotextiles blancs conçus spécifiquement pour les protections hivernales.

Nos hivers durent plusieurs mois, gardez en tête que le jardin doit rester agréable à regarder en toutes saisons. Pour ce faire, évitez les couleurs disparates et créez une unité en utilisant les mêmes matériaux dans tout le jardin.

Les rongeurs

La nourriture étant plus rare en hiver, les petits rongeurs, souris et mulots, se rabattent sur l’écorce tendre des jeunes arbres. Cachés sous la neige, ils font leur ravage en toute impunité puisque la partie vitale de l’arbre se trouve juste sous l’écorce. Si les rongeurs détruisent l’écorce tout autour du tronc, l’arbre est condamné.

  • Les spirales de plastique blanches perforées protègent l’écorce des rongeurs. Un treillis métallique ou des répulsifs jouent le même rôle.
  • Vous pouvez également tasser la neige régulièrement autour des troncs pour compliquer la vie des rongeurs.

Installer les protections hivernales

Installez les protections hivernales le plus tard possible. Les plantes auront alors complété leur préparation à l’hiver. Le sol doit être gelé et les feuilles tombées.

Disposez les protections de manière à ce qu’il y ait une circulation d’air. Une mauvaise aération peut entraîner des problèmes de moisissures et de maladies. Pour cette raison, percer les cônes à plusieurs endroits.

Retirer les protections hivernales

Dès que le sol commence à dégeler, on doit retirer les protections hivernales. Si la météo annonce une nouvelle vague de froid, vous pourrez toujours les remettre sur les plantes les plus fragiles.

Afin d’éviter les chocs de température et les brûlures du feuillage par le soleil, choisissez une journée nuageuse pour enlever les protections des végétaux à feuillage persistant et des conifères.

Partager
Derniers articles