Accueil | Trucs et conseils | Plantes d'intérieur | Les violettes africaines

Les violettes africaines

ImprimerImprimer

Membre de la famille des gesnériacées, la violette africaine offre une floraison abondante et continue à qui sait respecter ses besoins culturaux. Ses fleurs, aux formes diverses et aux couleurs éclatantes, se teintent de blanc, de bleu, de jaune, de rose, de violet... certaines sont même panachées. De culture facile, la violette africaine fait le bonheur des hybrideurs qui ont su créer des variétés miniatures, semi-miniatures, standards et rampantes.

Son histoire

Reine des plantes d'intérieur, la violette africaine (Saintpaulia ionantha) a été découverte au nord de la Tanzanie en 1892 par le baron Walter von Saint Paul. À l'origine, on lui connaissait seulement des fleurs bleues, blanches et lavande. En 1936, on en a introduit une dizaine de variétés aux États-Unis. Parmi celles-ci, Blue Boy dont sont issues les violettes à fleurs doubles, à fleurs roses et à fleurs "fantaisistes"(pétales frisées, dentelées découpées).

La lumière

imageLa lumière est essentielle à la croissance et au développement des plantes. La violette africaine ne fait pas exception; sa floraison est conditionnelle à un éclairage adéquat. Deux avenues sont possibles : l'éclairage naturel et l'éclairage artificiel.

L'éclairage naturel

Idéalement, on doit placer les violettes africaines près d'une fenêtre orientée vers l'est ou l'ouest. On doit également tourner le pot d'un quart de tour à chaque semaine pour éviter que le plant se tourne vers la lumière.

L'éclairage artificiel

Idéal pour ceux et celles qui exhibent leurs violettes africaines dans des concours, l'éclairage artificiel permet un meilleur contrôle de la lumière. L'équipement nécessaire se compose d'une étagère bien proportionnée, d'une minuterie automatique et de tubes fluorescents. Bien que les tubes horticoles soient mieux adaptés, les tubes fluorescents ordinaires (cool white) suffisent aux violettes africaines.

L'éclairage artificiel exige régularité et constance. Offrir 12 heures d'éclairage par jour aux plants. Installer les tubes de 25 à 35 cm des plants. Tourner les plants situés sur les côtés des tablettes d'un quart de tour par jour. Pour obtenir des résultats optimaux, installer les violettes au feuillage foncé près de la source lumineuse, celles au feuillage pâle sur les côtés des tablettes et les variétés au feuillage panaché sur la tablette du bas qui est généralement plus fraîche à moins d'être à proximité d'un calorifère.

La température

Les violettes africaines se développent de façon optimale lorsqu'on les cultive à une température maintenue entre 18-20ºC la nuit et 22-24ºC le jour. C'est ce que nous retrouvons dans la plupart des maisons et c'est ce qui confirme le titre de « Reine des plantes d'intérieur » de la violette africaine. Ces conditions de température favorisent un cycle de floraison plus rapide et une meilleure absorption des minéraux disponibles. Il est cependant important de minimiser les écarts de température (entre le jour et la nuit) de façon à minimiser la formation de rosée qui, en séchant, tache le feuillage de la violette africaine.

À plus de 24ºC, on remarque une détérioration des plantes. Les fleurs rapetissent, les tiges s'affaiblissent et la grosseur du feuillage varie d'une feuille à l'autre. Une température trop élevée entraîne aussi une prolifération de champignons parasites.

À moins de 18ºC, on observe un ralentissement proportionnel de la croissance des violettes africaines. Si pour une raison ou une autre la température doit être abaissée, réduire la fréquence des arrosages.

L'arrosage

Les violettes africaines peuvent être arrosées dans la soucoupe ou directement sur la terre. L'important est de ne pas mouiller le feuillage à l'arrosage. Deux règles importantes régissent un bon arrosage. La première est de donner à la plante la quantité d'eau qui peut être absorbée par la terre, ni plus, ni moins. Pour ce faire, jeter l'excédent d'eau accumulé dans la soucoupe deux heures après l'arrosage. La seconde règle est d'arroser seulement lorsque la terre est devenue légèrement sèche. Soupeser le pot de la violette ou observer la couleur de la terre pour connaître le moment d'arrosage idéal.

Les engrais

Les engrais liquides ou solubles sont les mieux adaptés à la culture de la violette africaine. Ils sont rapidement assimilés et agissent plus vite que d'autres types d'engrais. Un engrais naturel comme l'émulsion de poisson peut s'avérer un excellent choix pour tout jardinier éco-responsable. Pour obtenir un rendement optimal avec les engrais solubles, alterner l'engrais 15-30-15 et l'engrais 20-20-20. Suivre les indications du fabricant.

Le remporage et le sol

Le rempotage est nécessaire afin de renouveler les éléments nutritifs contenus dans le terreau. Pour savoir quand rempoter, retirer délicatement la violette de son pot. Si les racines ont envahi le pot, il est temps de rempoter. Sinon, remettre la violette dans son pot.

Le terreau

Lors du rempotage, utiliser le Terreau à violettes africaines ou fabriquer son propre terreau selon la recette suivante :

  • 7 parties d'Agro-Mix
  • 2 parties de vermiculite
  • 1 partie de perlite
  • 1 partie de terre noire

Un bon terreau est léger et poreux. Il possède une bonne capacité d'absorption et de rétention de l'eau et de l'engrais. Stérile, il est exempt d'insectes et de sources de maladie.

Le pot

Le pot conventionnel en plastique est celui qui convient le mieux aux violettes africaines. Il est léger, pratique, économique et réutilisable. Il empêche une évaporation trop rapide de l'eau. Intégrer les violettes africaines à l'aménagement intérieur de la maison en utilisant des cache-pots qui s'harmonisent au décor.

La méthode

Voici une méthode simple pour un rempotage réussi.

  • Sortir la violette du pot.
  • Mettre l'ancien pot dans un pot du format suivant (environ 2 cm de diamètre plus grand).
  • Remplir l'espace entre les deux pots de terreau humide. Tasser légèrement et retirer le pot.
  • Déposer la plante dans l'espace occupé par l'ancien pot et remplir avec du terreau.
  • Une fois le rempotage terminé, couper quelques feuilles de la dernière rangée. Arroser légèrement, puis attendre que la terre soit bien sèche avant d'arroser une deuxième fois. Diminuer l'évaporation et favoriser l'enracinement en soustrayant la violette des rayons directs du soleil pendant 15 jours.

Les insectes et les maladies

imageLes insectes et maladies peuvent survenir à tout moment. Pour diminuer l'étendue de problèmes potentiels, prévention et vigilance demeurent les meilleurs moyens. Isoler toute nouvelle plante pendant une période de deux mois avant de l'intégrer à une collection de violettes africaines. Inspecter régulièrement les plantes et retirer manuellement les parties atteintes et les insectes visibles. Si le problème persiste, traiter la plante.

La cochenille farineuse

Insecte répandu qui cause de graves dommages aux violettes africaines, la cochenille farineuse tient son nom de son aspect puisqu'elle ressemble à une boule de ouate qui se forme à l'intersection des tiges, dans le sol, autour des racines ou sous les feuilles. Cet insecte se déplace très lentement et est ainsi souvent confondu à une saleté. La cochenille farineuse se manifeste par une perte de vigueur générale suivie d'un ramollissement du feuillage et d'un arrêt de la floraison de la violette. Puisque le feuillage de la violette africaine tache facilement et est sensible à plusieurs produits, il vaut toujours mieux prévenir plutôt que d’intervenir. Donc, la meilleure prévention est de maintenir les plantes vigoureuses et en santé par un entretien adéquat. Dans le cas d’une faible infestation, il est préférable de repartir des boutures plutôt que de traiter. Sélectionner quelques feuilles saines et assurez-vous qu’il n’y est pas de cochenilles. Éliminer les plants fortement infestés.

La multiplication par bouture de feuille

  • Prélever une feuille saine, ferme et mature sur le plant à l’aide d’un couteau utilitaire.
  • Recouper la tige à environ 3-4 cm de la feuille à un angle de 45 degrés.
  • Insérer la tige dans un terreau à violette africaine en évitant que la feuille touche au terreau.
  • Couvrir le contenant avec un sac de plastique transparent sur de petits bâtonnets de bois pour maintenir l’humidité le temps de l’enracinement de la bouture. Éviter que le sac touche les feuilles.
  • Après 5 à 8 semaines, de petites pousses apparaîtront à la base de la feuille. Lorsqu’ils atteignent environ 5 cm, on les sépare de la feuille-mère et on les empote.

Comme elles sont faciles à cultiver, les violettes africaines sont accessibles à tous. Pouce vert ou non, elles récompensent vos efforts à longueur d'année par ses jolies petites fleurs.

Astuces de nos experts Botanix
Coup de pouce - Pelouse verdoyante
Coup de pouce Pelouse verdoyante
Lire la suite
Potager santé - Du balcon au jardin
Potager santé Du balcon au jardin
Lire la suite
Bien planifier son aménagement paysager
Bien planifier son aménagement paysager
Lire la suite